Ensayo histórico. Avellaneda: la sombra del último caudillo (III/VI)

Essai historique

Avellaneda : L’ombre du dernier « caudillo » (III de VI)

Damián Antúnez Harboure

 

1973, Herminio asume la intendencia. Fuente: http://anuarioslaciudadavellaneda.blogspot.com.ar/2009/08/ano-1973_13.html (consultada 29/10/2013)

1973: Herminio asume la intendencia. Fuente: Anuarios de la ciudad de Avellaneda

Herminio maire d’Avellaneda

Les voyages à Madrid faisant partie de la délégation des 62 Organisations continuaient pendant qu’Herminio voyait de plus en plus comment le domaine politique d’Avellaneda commençait à lui appartenir. En effet, l’ouverture politique de 1971 marquant une transition démocratique pour arriver aux élections de mars 1973 trouva Herminio comme le candidat dit « naturel » à la mairie de sa ville natale. Mais tout cela ne serait pas si facile comme il n’en pense pas moins.

La dispute autour des candidatures vers la fin de 1972 montrerait la vraie dimension de la lutte politique à l’intérieur du peronismo. En fait, pendant cette année-là, Herminio participa à deux épisodes de tirs de balles. Au début de l’année, Herminio s’entremettait au milieu d’une dispute avec des membres d’une organisation peronista locale qui questionnait son appui à la gestion municipale du maire d’Avellaneda José Luis Otero (1971-1973). D’après son témoignage, il avait dû défendre le maire Otero en tirant pour lui protéger des agresseurs, même s’il n’a jamais expliqué le motif :

Otero era macanudo. Pero le quisieron pegar a los muchachos y me puse en el medio. Entonces, me dieron un tiro de nada. Yo también les tiré algo, no te vas a pensar…[1]

Mais l’événement le plus renommé de 1972 comptant sur Herminio comme un des principaux protagonistes a sans doute été celui du Congrès d’Avellaneda du 16 décembre. À ce moment-là, Herminio était déjà candidat à maire de sa ville et la veille on avait consacré la formule présidentielle du FREJULI Cámpora-Lima ; il fallait seulement voter les liste de candidats de la province de Buenos Aires, dont la candidature de gouverneur et vice gouverneur.

Ce faisant, l’intention de la conduction nationale du MP par rapport au Congrès d’Avellaneda était déjà claire. Il s’agissait d’empêcher la nomination de la formule soutenue par la majorité des délégués d’une assemblée contrôlée par les groupes véhiculés par les 62 Organisations et le Mouvement Fédéral répondant au riche propriétaire des champs Dr. Manuel de Anchorena, qui était lustement leur pré-candidat á gouverneur. Voici donc la tension créée ce jour-là dès l’arrivée du secrétaire général du MP Juan Manuel Abal Medina au salon du siège de l’UOM d’Avellaneda. Ensuite, une fois qu’Abal Medina demandait au nom du général Perón l’acceptation de la candidature Bidegain-Orsi pour les postes de gouverneur et vice gouverneur, les cris et les voix de protestations ne faisaient pas de doutes. Abal Medina pensait seulement à ce qu’il fallait faire pour s’en sortir au fur et à mesure que le climat se chargeait. C’est ainsi qu’il arriva de justesse à s’en sortir, mais une fois sur le trottoir les cris, les coups de pied et les bousculades devinrent des grands heurts et même s’il put par hasard s’échapper, ses collaborateurs durent subir une persécution en voiture de la part de leurs opposants à pleins tirs par les rues d’Avellaneda comme s’il s’agissait d’un film de gangsters de Chicago des années trente.

Il faut reconnaître qu’Herminio ne cessa jamais de reconnaître sa participation comme persécuteur des représentants de la conduction nationale du MP auprès du Crongrès du 16 décembre 1972. L’épisode n’allant pas au delà du niveau de l’aventure « romanesque », Herminio raconta le fait ponctuel bien qu’il n’ait pas expliqué le motif du conflit dont il était question. Par ailleurs, non seulement Herminio paraissait échapper à la moindre définition politique, mais encore, quelques jours après les faits, il publiait une déclaration par laquelle il s’éloignait de la candidature Anchorena-Guerrero, soutenue par son groupe dans le susdit Congrès, tout en respectant la décision du secrétariat général du MP d’intervenir la filiale de la province de Buenos Aires et de soutenir la formule provinciale Bidegain-Calabró :

No me une nada políticamente al doctor Anchorena, ni a los grupos o corrientes de opinión que hayan podido apoyarlo o aún lo hagan, ni tampoco juzgar su equivocación en la grandeza de nuestro movimiento; mi gran sentimiento y espíritu de lucha está volcado hacia el Frente de Liberación justicialista creado por nuestro General Perón.[2]  

À vrai dire, Herminio ne faisait que nier une relation politique que personne du peronismo de la province de Buenos Aires de cette époque oserait de le faire. Il faut se souvenir que le principal soutien national du Dr. Anchorena était José Rucci, le secrétaire général de la CGT et grand ami personnel et politique d’Herminio. Par rapport à sa relation avec le leader de la CGT à cette époque José Ignacio Rucci, Herminio disait :

Yo estaba con Rucci siempre. No tenía mucha relación con Perón. Me decía “Hola Herminio, ¿cómo le va?”, un día del balcón de la CGT me llamó, fue un orgullo. Sólo me quería porque yo estaba con su hijo José (Rucci).[3]

D’ailleurs, on verra qu’en 1987 Manuel d’Anchorena avec Heminio Iglesias et Manuel Lázaro Rocca -président de la Camera des Députés provinciales entre 1973 et 1975- seraient limogés les trois du parti pour présenter une liste électorale alternative à l’officielle d’Antonio Cafiero, le chef du peronismo provincial à cette époque. En fin, ça, c’est une autre histoire d’autre Argentine, après la défaite électorale du peronismo en 1983. Si l’on revient à l’année 1973, il faudra souligner la victoire aux urnes d’Herminio au mois de mars lorsqu’il obtenait 98.450 voix contre 33.121 du candidat radical Victorio Daste.[4]

Le 25 mai 1973 Herminio Iglesias commençait sa tâche comme maire d’Avellaneda et ce jour-là en mettait en fonction son équipe de gouvernement comprenant un ex syndicaliste comme secrétaire de Gouvernement, Evaristo Rodríguez Rial, un médecin lié à la police comme secrétaire d’Action Sociale, Dr. Hugo Barrionuevo, un ex collaborateur de l’ex maire Otero comme secrétaire de Travaux Publiques, Maître Mayeur d’œuvres Norberto A. Mella et finalement comme secrétaire du Trésor Publique le Cdor.  Alberto Rodriguez, un professionnel renommé d’Avellaneda. Alors, qu’est-ce que nous dit cette équipe de gouvernement ? En premier lieu, on doit signaler qu’il s’agissait d’un groupe solide de collaborateurs d’un point de vue professionnel. En deuxième lieu que l’appartenance politique à l’intérieure du peronismo correspondait à une claire ligne orthodoxe.[5]

Du discours inaugural d’Herminio au sein du Conseil Municipal il faut extraire une phrase qui paraissait anticiper ce qui serait la situation politique générale des années à venir. Ainsi le nouveau maire d’Avellaneda affirmait que « la tâche à réaliser est des forts et pas des faibles »[6]. Peut-être, fallait-il la prendre dans son sens littéral, si l’on tient compte que dès le début de la gestion les conflits et les affrontements, quelques fois avec des déploiements de violence armée, seront un dénominateur commun de ces années.

Au début du mois de juin une fusillade précéda une des premières séances du Conseil Municipal et l’Hôpital Fiorito fut intervenu par la mairie non sans une prise de contrôle du siège aux mains de présumés partisans du maire Iglesias faisant l’objet des titres des journaux régionaux dû au scandale suscité. Par ailleurs, il y a eu des soupçons d’une collaboration des maires d’Avellaneda, de Quilmes, José Rivela et  même d’Esteban Echeverría, Oscar Blanco, avec les éléments -y compris des mercenaires français liés à l’Organisation de l’Armée Secrète (issue de la guerre d’Algérie)- perpétrant la dénommée « massacre d’Ezeiza » du 20 juin 1973. Bien qu’Herminio le nie en prétextant avoir été hospitalisé suite à une attaque par balles à la sortie d’une maison de deuil, la reconstruction temporelle des faits montrent la lacune dont il est victime par rapport à ces faits. La fusillade dont il parle a eu lieu le 12 septembre 1973, presque trois mois plus tarde du massacre d’Ezeiza.[7]

A suivre


[1] “Reportaje inédito: La última entrevista a Herminio Iglesias” (en línea), http://albertomoya.blogspot.com/2009/09/primicia-de-tapa-en-veintitres-ver.html (Página consultada el 30/06/2011), p. 2.

[2] La Ciudad, Avellaneda, 12/01/1973, p. 1.

[3] “Herminio Iglesias. Justicialista y Trabajador” (en línea), en: Fundación Joven 2000…, p. 3.

[4] El Día, La Plata, 26/03/1973, p. 6.

[5] La Ciudad, Avellaneda, 29/05/1973, p. 1.

[6] La Ciudad, Avellaneda, 28/05/1973, p. 1.

[7] La Ciudad, Avellaneda, 18/06/1973, p. 1. ; 19/06/1973, p. 1; 13/09/1973, p. 1; Verbitsky, Horacio, Ezeiza, Buenos Aires, Contrapunto, 1985, passim; “Reportaje inédito: La última entrevista a Herminio Iglesias” (en línea), p. 2.

Anuncios
Publicado en Argentina Contemporánea, Inicio, Microhistoria / Historia local | Etiquetado , , , , , | Deja un comentario

Ensayo histórico. Avellaneda: La sombra del último “caudillo” (II de VI)

Essai historique

Avellaneda : L’ombre du dernier « caudillo » (II)

Damián Antúnez Harboure

Diario de Cuyo,17/2/2007, Enlace: http://www.diariodecuyo.com.ar/home/new_noticia.php?noticia_id=206426

Diario de Cuyo,17/2/2007.

Herminio d’après Herminio : premiers pas…

Si l’on fait l’exercice de mettre en rapport l’Avellaneda de Don Alberto au zénith de sa carrière politique vers 1942 -lorsqu’il avait été nommé sénateur pour la province de Buenos Aires- et celle d’Herminio en 1983 au sommet de sa trajectoire comme candidat à gouverneur, on découvre une coïncidence attirant notre attention : le métier figurant dans leurs fiches de recensement électoral n’était que celui « d’entrepreneur » pour le cas du conservateur et de « marchand » pour  le dirigent peronista Herminio Iglesias. En d’autres termes, ces noms de métiers n’étaient qu’un euphémisme utilisé pour cacher le vide professionnel de deux hommes consacrés entièrement à l’activité politique. A vrai dire, il s’agit d’un « vide professionnel » qui ne l’est point si on tient compte que les métiers dont on parle sont simplement ceux du moderne « dirigent politique ».

On dirait, un métier de politicien, mais pas comme les autres. Si Don Alberto trouvait difficile d’expliquer quel était vraiment l’objet social de ses entreprises, Herminio n’attirait non plus à préciser auxquels affaires on faisait référence quand il se présentait comme « marchand ». Ainsi, il faudra entamer un travail de « déconstruction » pour extraire des éléments permettant de nous rapprocher des premiers pas de sa carrière politique.

Heminio, issu d’une famille d’immigrés galiciens (de la province espagnole d’Ourense) installée à Avellaneda depuis son arrivée au pays, éprouva ce que c’était la pauvreté pendant les années trente.[1] Sous l’emprise des besoins familiaux, le jeune Herminio à peine compléta ses études primaires en faisant les derniers cours la nuit tandis qu’il travaillait, au début dans des usines de semelles et après dans une autre d’huile. Ça s’est passé pendant deux années puisqu’aux treize ans il s’est incorporé à une grande entreprise : Siam Di-Tella, dont les ateliers se trouvaient dans le quartier de « Villa Castellino », le petit fief d’Herminio.

À vrai dire, c’est à partir de là que la vie d’Herminio prendra le chemin qui l’amènera au monde syndical. On est justement en 1942, l’année où l’opposant conservateur de Don Alberto Barceló, Dr. Rodolfo Moreno, essayait la mise en œuvre d’un gouvernement provincial visant aussi bien le renouvellement démocratique pour s’en sortir du « piège choisi » de la fraude électorale que la question ouvrière par la voie du dialogue avec les organisations syndicales. Mais, ce sera une expérience avortée deux mois avant la Révolution du 4 juin 1943 renversant du pouvoir le président de la République Dr. Ramón S. Castillo. Comme si l’histoire n’autorisait aucune expérience de peronismo « avant la lettre » ainsi le plus facho gouverneur Fresco en 1940 que le plus libéral réformiste Moreno en 1943 échouaient lorsqu’ils tentaient d’arriver à la présidence en proposant quelque chose de nouveau face au cul-de-sac des arrangements politiques de la dénommée « Concordancia ».

Ainsi, la journée historique du 17 octobre 1945 rencontra Herminio comme un jeune homme parmi les milliers de travailleurs de la périphérie de Buenos Aires qui poussait pour que le Colonel Perón revienne au centre de la scène politique après avoir été fait prisonnier par le gouvernement militaire du président Edelmiro Farrel. D’après son témoignage, tout s’est passé comme ça :

A los quince años comenzamos a trabajar en el peronismo ; acá muy cerca, a siete u ocho cuadras está el Riachuelo, que cruzaban los trabajadores de Thamet de Avellaneda, de Lanas de Quilmes, en bote. Iba un bote y venía el otro lleno de gente; así llegó el 17 de Octubre. A nosotros nos levantaron el Puente Alsina, el puente en Barracas y cruzamos a nado y trajimos todos los botes para acá. Ahí comenzó a pasar la gente de Thamet, todos… porque había miles y miles. Fuimos a Plaza de Mayo. Ahí empezó nuestra carrera. Después, ya no se si es conveniente decir qué es lo que hicimos porque después formamos con Rucci (yo era muy unido a él); y comenzamos a formar la resistencia con Vandor, Rucci, Andrés Framini y unos cuantos más. Trabajamos y comenzamos a viajar a España.[2]
 

En fin de compte, ce n’est pas un mauvais résumé. Tout avait commençait ce 17 octobre 1945 avec le succès politique des travailleurs se disant dorénavant peronistas. En fait, en 1950 dans le plein essor de l’Argentine peronista -plus précisément « l’année du Général San Martin »- le jeune Iglesias était élu délégué du personnel chez Siam Di Tella. Le voici donc lancé au volant d’un véhicule le conduisant à un certain statut comme dirigeant syndical chez la puissante Union Ouvrière Métallurgique (UOM) filiale Avellaneda. Alors bien, tel qu’on le disait, cette course s’arrêta au moment où l’auto dénommée « Révolution Libératrice » arrachait toute trace, toute empreinte du « régime tombé », pour s’adapter aux nouvelles circonstances issues de ce qu’on allait être connu comme la « résistance ».

Pour aborder cette période, il faudra prêter attention au témoignage cité quand Herminio souligne des noms de résistantes comme ceux de Vandor, Rucci ou celui de qui, vingt ans plus tard, sera signalé par sa prise de position en faveur de la ligne gauche du Mouvement Peronista, la « Tendance Révolutionnaire du Peronismo ». On est tenté de penser que cette résistance est quelque chose de différente à ce que même à cette époque-là on appelait « la bureaucratie syndicale », mais une chose n’exclut nécessairement pas l’autre et même pendant les premières années de cette résistance. D’ailleurs, les métallurgiques Herminio, Vandor et Rucci n’étaient pas du tout moins résistants que le textile Andrés Framini, frustré gouverneur de Buenos Aires en 1962 et considéré par la plupart des récits historiques du mouvement ouvrier argentin comme l’un des principaux dirigeants syndicaux combatifs de sa génération.

Il est certain que ce qu’on a appelé « l’époque de la résistance » peut la reconnaître comme la somme de deux périodes ; c’est-à-dire, une « première résistance » plus improvisée ou, si vous voulez, plus romantique, qui s’éloigne jusqu’au conflit ouvrier du frigorifique national Lisandro De la Torre en 1959 et la mise en œuvre de la politique répressive qu’en découle par le gouvernement du président Frondizi, connu comme « Plan CONINTES », en 1960/61 et une deuxième qui se perd dans les années soixante pour déboucher dans les actions des nouvelles organisations « guerrilleras » de la fin de la décennie. C’est pourquoi il faut prendre en compte que la résistance dont Herminio parle et à laquelle il appartient est plutôt la première, celle qui a forgé à feu le pouvoir des syndicats comme tranchée derrière laquelle commençait à se rassembler les différents morceaux du Mouvement Peronista, voire les « jeunesses peronistas » avant la lettre.

Alors, la ville industrielle d’Avellaneda sera un de bunkers de cette résistance et le syndicat métallurgique, l’UOM, son mot de passe. En d’autres termes, on arrive aux élections pour élire le gouverner de Buenos Aires en mars 1962 avec une candidature peronista déguisée sous le nom d’Union Populaire proposant la candidature à la première magistrature de la province du syndicaliste résistante Andrés Framini. Une candidature qui remporta l’élection tant que ce succès sera la cause de son annulation et la plateforme choisie pour mettre en oeuvre le coup d’État qui renversa du pouvoir le président Frondizi le 29 mars 1962.

Ce faux-pas, si tant est qu’on puisse en parler, ne fera pas du mal aux « 62 Organisations », voire l’UOM. En fait, le premier quinquennat de la décennie ne sera que « l’avant première » du royauté d’Augusto Vandor, le loup, car une fois renversé du pouvoir le gouvernement du président radical Arturo Illia en 1966 par un nouveau coup d’état, le numéro un des métallurgiques connaîtra son essor de la main du régime de la auto dénommée « Révolution Argentine ». Mais, en ce qui concerne Herminio, sa figure a connu un certain élan pendant les années ‘65/66 lorsque son ami Rosendo García, se profilait comme le numéro un des métallurgiques d’Avellaneda en tant que dirigeant de pleine confiance d’Augusto Vandor, depuis son fief de Siam Di-Tella.

Ainsi, l’essor de Rosendo chez Siam agit comme un élan indiscutable pour la construction depuis sa base politique d’Avellaneda d’un peronismo provincial ancré dans la banlieue sud de Buenos Aires, tout à fait lié à la structure de l’UOM et des 62. Il s’agissait aussi du centre de travail et du domaine syndical d’Herminio et de son group politique. Bien qu’elles soient plus ou moins vraies les histoires qui racontent qu’Herminio faisait de chauffeur de Rosendo ou celles qui font référence à celui-ci comme « un homme se rapportant à Herminio », il n’y a pas de doutes de la proximité entre leurs intérêts politiques.

Quelques suggestions que l’on ait pu exister auprès de la relation politique entre Herminio Iglesias et un dirigeant comme Rosendo García, qui se profilait au début de 1966 comme l’un des plus probables candidats peronistas à gouverneur de Buenos Aires, tout cela a été effacé par le dossier de la mort de Rosendo suite à la fusillade ayant lieu dans la Pizzeria La Real le 13 mai 1966, à quelques jours du renversement du président Illia par le coup militaire qui amènera au pouvoir le général Onganía. En tout état de cause, après une brève mention à ses camarades de Siam Di Tella, Herminio racontait l’épisode de la mort de Rosendo moyennant un « petit changement » scénographique :

En Avellaneda, en Di Tella, primero estuvo Puricheli, después Rosendo García (que lo pusimos nosotros), después llegó Guerrero y unos cuantos más, la organización la formábamos nosotros.
Rosendo murió en un tiroteo en La Plata (sic).
… 
La muerte de Rosendo surgió en un momento de discusión en una confitería. Estábamos hablando y “un loquito” se metió y lo mató.[3] 
   

Herminio réadaptait la mort de Rosendo en s’incluant dans le groupe de la Pizzeria La Real, laquelle dans sa version ne se trouvait pas à Avellaneda sinon à La Plata, ce qui est tout à fait éloigné de la version réelle des faits, tel que Rodolfo Walsh les a reconstruits d’après le dossier judiciaire.[4] Or, il faut signaler que l’un des dirigeants participant de la table de Vandor pendant les affrontements était un homme très proche d’Herminio, son camarade, le syndicaliste métallurgique Norberto Imbelloni. Voici donc le lien qui menait Herminio aux événements de La Real par le biais de son alter ego Beto Imbelloni et que, en même temps, agirait comme une chance d’occuper le siège du défunt ami et camarade.

Pour en revenir à la situation politique, il faut souligner que la mort de Rosendo trouvait Herminio -qui à cette époque sortait de justesse indemne d’un accident de voiture dans l’autoroute Ricchieri- en pleine syntonie avec Auguste Vandor, le factotum du syndicalisme peronista qui avait déjà dévoilé son jeu politique d’un « peronismo sans Perón ». D’ici la fin de la décennie, Herminio verra comment se consolidait sa structure politique à Avellaneda -la courrant « 30 Juin »- à l’ombre du pouvoir de l’UOM et des 62 Organisations, alors que l’assassinat de Vandor en 1969 par un groupe auto dénommé Mouvement National Révolutionnaire -un pseudonyme d’un des groupes armés de l’espace de la « Tendance Révolutionnaire du Peronismo», Descamisados– ne fut pas un obstacle dans sa carrière politique.[5]

 à suivre

[1] Herminio Iglesias naquit à Avellaneda le 20 octobre 1929. Voir : Viau, Susana, “Murió Herminio, el del cajón” (en línea), http://www.pagina12.com.ar/imprimir/diario/elpais/1-80543-2007-02-17.html (Página Web consultada el 30/06/2011).

[2] “Herminio Iglesias. Justicialista y Trabajador” (en línea), en: Fundación Joven 2000, http://www.fj2000.org/upload/docs/Herminio%20Iglesias.pdf (Página web consultada el 26 de julio de 2012), p. 1.

[3] “Herminio Iglesias. Justicialista y Trabajador” (en línea), en: Fundación Joven 2000…, p. 2.

[4] Walsh, Rodolfo, ¿Quién mató a Rosendo?, Zaragoza, 451 Editores, 2010, passim.

[5] La Ciudad, Avellaneda, 01/03/1973, p. 1.

Référence : La photo de Herminio a été enlevée du site Web Diario de Cuyo http://www.diariodecuyo.com.ar/home/new_noticia.php?noticia_id=206426 le 19 août 2013.

Publicado en Argentina Contemporánea, Inicio, Microhistoria / Historia local | Etiquetado , , , , , , , , | Deja un comentario

Ensayo histórico. Avellaneda: La sombra del último “caudillo” (I de VI)

Essai historique

Avellaneda : L’ombre du dernier « caudillo » (I)

Damián Antúnez Harboure

Puente Pueyrredón_AvellanedaIl y en a qui ont été spécialement châtie par l’histoire et tant pis si ceux-ci appartiennent à la « Chicago argentine », c’est-à-dire, à Avellaneda ; ce faubourg industriel délimitant la frontière sud entre la capital fédérale et la province de Buenos Aires qui avait adopté ce nom au début du XXe siècle en substitution de l’ancien « Barracas al Sud ». Même cette ancienne dénomination remarque la question géographique. On traverse le Riachuelo sur le pont Pueyrredón, on suit l’Avenue Mitre et c’est une autre scène qui se dresse en mélangeant des odeurs issus aussi bien des détruits de toute sorte entassés aux rives du fleuve que des cheminées des industries chimiques, métallurgiques, textiles ou bien de grands frigorifiques, s’ajoutant à des images des ateliers, de petites usines ou d’un commerce frénétique où tout s’achète et tout est à vendre au milieu des gens qui bougent sans cesse… tout en faisant partie d’une mélodie presque harmonieuse des bruits propres d’une ville qui ne repose jamais.

Ce à quoi tient cette Avellaneda traversant l’Argentine du Centenaire ainsi que celle bouleversée par l’ouragan du peronisme quatre décennies plus tard, c’est à accueillir la figure du « caudillo » urbain, un produit issu de son prédécesseur rural mais plus controversé et en même temps plus complexe… En ce domaine-là, Avellaneda a vu régner pendant trois quarts de siècle sur son terroir et ailleurs deux grands « caudillos » urbains appartenant à des périodes de l’histoire argentine apparemment sans solution de continuité entre elles.  En tout état de cause, il faut le souligner, dans les deux cas l’histoire a été spécialement dure avec eux.

D’abord, le cas de Don Alberto Barceló (1873-1946) a été stigmatisé au point de faire parvenir en lui tout ce que l’histoire a comme détruits et qu’il faut les déposer sur quelqu’un qui soit aussi convenable que croyable pour se charger de la besogne. Le « maître d’Avellaneda », leadership des conservateurs provinciaux mais fortement contesté par le référent du secteur libéral du Parti Conservateur de Buenos Aires, Dr. Rodolfo Moreno, a été largement associé à l’industrie de la fraude électorale, aux financement illégal de l’activité politique par le biais de la prostitution et du jeu clandestin ou, en tant que maire éternel de sa ville, par celui des faveurs personnels par rapport à l’installation des industries, des ateliers, des magasins, etc. Tout cela, sans oublier sa maîtrise de la question de la violence, indissociable des activités précédentes. Alors, jeu, prostitution, faveurs, paternalisme social, violence…, tout est à la portée de la main d’une histoire qui reste tranquille en pensant que ce dont nous disposons, c’est d’une poubelle cumulant ce que ne peut être dispersé ailleurs. Si les vertus du processus démocratique s’ouvrant en 1912 étaient plutôt concentrées dans les endroits plus instruits d’un pays en train de modernisation, c’était normal que le côté inavouable soit mis outre le grand égout de la ville cosmopolite de Buenos Aires.

Cela va sans dire que Don Alberto Barceló se montra imbattable en ce qui concerne les préférences des électeurs même pendant l’essor du radicalisme quand en 1924 remporte les élections locales en Avellaneda et celui-ci est élu maire de sa ville natale jusqu’au coup d’état de 1930.[1] Ainsi, peut-on ajouter que la division du Parti Conservateur en 1923 facilitant le plein domaine radical de la première province du pays est devenue après un accord sous table concernant les hommes de Barceló à l’Assemblée provinciale et le gouvernement radical du gouverneur Cantilo. Mais, il vaut mieux oublier tout cela.[2]

Ensuite, l’étoile politique de Barceló s’achevait définitivement avec la Révolution du 4 juin 1943 alors que la fin de sa propre étincelle vitale est arrivée en 1946, la même année que le peronisme remportait les élections présidentielles. En ce qui concerne Avellaneda, pour le moment, le vide laissait par l’ancien « maître des vies et des biens » ne va être occupé que par les masses populaires elles mêmes. Il n’y aurait point lieu pour des « caudillos » locaux au sein de la « nouvelle Argentine peronista ». La verticalité de cette machine dont la tête était le général Perón structurait sans problèmes le fonctionnement du système.

En définitive, l’Argentine peroniste ne reconnaissait qu’un leader, le général Perón. Outre le Général, il y avait une importante structure bureaucratique mettant en œuvre l’engin de l’État « justicialista » où les masses étaient sa raison d’être. Ainsi, cette vraie enclave industrielle qui était Avellaneda n’aurait plus un leader paternaliste tel que Don Alberto. Par contre, maintenant, le terrain restait vacant pour donner lieu à un nouveau royaume des dirigeants syndicaux dépendants du leader suprême. Mais, la situation changerait à partir de la chute du peronisme en 1955 lorsque le pouvoir de certaines corporations ouvrières, dont les métallurgiques d’Avellaneda, finira pour faire recueillir dans son sein la voix interdite d’un peronisme clandestin. Ce sera le nouveau essor de cette ville industrielle par excellence et, ainsi, le berceau du nouveau « caudillo » d’Avellaneda, Herminio Iglesias, ou simplement Herminio.

à suivre


[1] Il faut rappeler que l’influence politique de Don Alberto Barceló à Avellaneda se remonte à 1909 lorsqu’il est élu maire pour la première fois. Depuis il sera à la tête de la mairie jusqu’à 1917 lorsqu’il perd son poste suite à l’intervention fédérale à la province d’avril 1917.

[2] Pour tout ce qui concerne l’influence d’Alberto Barceló au sein des conservateurs de Buenos Aires voir : Antúnez Harboure, Damián, Entre la fuerza de la razón y la razón de la fuerza. Clientelismo, elecciones y prácticas políticas en la Provincia de Buenos Aires, 1938-1943, Valladolid, G. Santa María, 2011, passim. Une autre œuvre à consulter sur l’Avellaneda de Don Alberto Barceló est la suivante: Folino, Norberto, Barceló y Ruggierito, patrones de Avellaneda, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1979.

Référence : La photo du pont Pueyrredón de Avellaneda a été enlevée du site Web http://www.uiavellaneda.com.ar/2008/avellaneda_historia.asp le 2 juillet 2013.

 
Publicado en Argentina Contemporánea, Inicio, Microhistoria / Historia local | Etiquetado , , , , , , , , , | Deja un comentario

Día de la Bandera

1983, 4º grado, Escuela Nº 8 Bernardino Rivadavia, Haedo, Morón, provincia de Buenos Aires. El cielo estaba celeste, hacía frío, pero la solemnidad era la nota en aquel patio de escuela. Se hacía el juramento a la Bandera. Padres, abuelos, maestros, alumnos, todo el colegio estaba pendiente de los de cuarto, los que juraban. Recuerdos de ese momento: solemnidad, nervios, seriedad y ese corazón hinchado de emoción..

Monumento a la Bandera. RosarioMaestro: – “Alumnos, esta es la Bandera que creó Manuel Belgrano en los albores de nuestra libertad, simboliza a la República Argentina, nuestra Patria. Es el símbolo de nuestra libre soberanía, que hace sagrados a los hombres y mujeres y a todos los pueblos del mundo. Convoca el ejercicio de nuestros deberes y nuestros derechos, a respetar las leyes y las instituciones. Es la expresión de nuestra historia forjada con la esperanza y el esfuerzo de millones de hombres y mujeres, los que nacieron en nuestra tierra y los que vinieron a poblarla al amparo de nuestra bandera y nuestra Constitución. 
 
Representa nuestra tierra y nuestros mares, nuestros ríos y bosques, nuestros llanos y montañas, el esfuerzo de sus habitantes sus sueños y realizaciones. Simboliza nuestro presente, en el que, día a día, debemos construir la democracia que nos ennoblece, y conquistar el conocimiento que nos libera; y nuestro futuro, el de nuestros hijos y el de las sucesivas generaciones de argentinos.
 
Alumnos, ¿prometen defenderla, respetarla y amarla, con fraterna tolerancia y respeto, estudiando con firme voluntad, comprometiéndose a ser ciudadanos libres y justos, aceptando solidariamente en sus diferencias a todos los que pueblan nuestro suelo y transmitiendo, en todos y cada uno de nuestros actos, sus valores permanentes e irrenunciables?”
 
Alumnos: – “Sí, prometo”.
 
 
Publicado en Inicio | Etiquetado , | Deja un comentario

La provincia de Buenos Aires: antesala de la revolución del 4 de junio de 1943

La provincia de Buenos Aires: antesala de la revolución del 4 de junio de 1943

 Damián Antúnez Harboure

Revolución 4 junio 1943

“… Durante el comienzo del verano de 1942/43, Rodolfo Moreno tenía intactas sus esperanzas de ver fortalecida su pre-candidatura presidencial. Pensaba que, si lograba encolumnar al partido tras su liderazgo político, como bandera de los conservadores bonaerenses, el presidente Castillo tendría que ceder ante el peso de los hechos consumados, en sus preferencias por candidatos como Robustiano Patrón Costas o Guillermo Rothe. Sin embargo, lo que había detrás de Moreno no era un partido sólidamente encolumnado; ni siquiera el propio proceso electoral venidero estaba creando expectativas en la ciudadanía que pudieran redundar en un “clamor popular” que acompañara su candidatura. Se estaban cosechando los frutos de más de una década de unas prácticas políticas que sólo habían “producido elecciones”, que no eran consecuencia de una movilización creciente de un “electorado activo”. La opinión positiva que había merecido el gobierno de Moreno en vastos sectores de la provincia no había generado aquel “movimiento de opinión” en que éste había colocado sus esperanzas para transformar la estructura partidaria conservadora. De este modo, la aparente intransigencia que mostraron notables y dirigentes locales conservadores en su pulseada con el presidente Castillo sólo sirvió para intentar negociar posiciones coyunturales. Cuando el “árbitro Castillo” amenazó jugar la tan temida carta de la intervención federal, la dirigencia conservadora en su conjunto optó por sacrificar al gobernador y su pre-candidatura presidencial para participar de los retazos de poder que estaban en condiciones de arrancarle al presidente. La dirigencia conservadora no podía perderlo todo. La “máquina” había aprendido que, en última instancia, dependía del gobierno nacional. El fracaso de Moreno por convertir a la “máquina electoral conservadora” en algo más que un instrumento político para “producir elecciones”, no hacía otra cosa que repetir en clave liberal-reformista el fracaso de Fresco de 1940 en clave corporativista. De todos modos, los juegos políticos de la máquina electoral conservadora estaban llegando a su fin, puesto que cuando los actos de fuerza fijan las reglas del juego la escalada final puede no acabar en la instancia en que se imagina. Habría otro poder que osaría jugar una carta que desplazaría, no ya a un gobierno provincial, sino al presidente de la Nación y a las agonizantes instituciones de la república: la revolución militar del 4 de junio de 1943. En esta instancia final resulta significativo y sugerente el siguiente diálogo que mantuvieron el presidente Ramón S. Castillo y el diputado socialista por la Capital Federal Enrique Dickmann, quien lo había visitado hacia finales de 1942 con el propósito de disuadirlo en su afán por clausurar el Concejo Deliberante metropolitano:

(…) [Castillo:] – El cuerpo está contaminado, y yo lo disolveré.

[Dickmann:] – Y si mañana, en el Congreso Nacional, se descubriera que algunos legisladores. cometieron irregularidades, ¿qué haría el Poder Ejecutivo?

[Castillo:] – No titubearía en disolver el Congreso Nacional.

[Dickmann:] – ¿Y si tales irregularidades se descubrieran en el Ejército, la Marina o la Aviación, decretaría el señor Presidente la disolución de esos cuerpos?

[Castillo:] – Castigaría a los autores de tales irregularidades, – me dijo sin mucha firmeza [Dickmann]

[Dickmann:] – Por este camino de medidas de fuerza, mañana alguien que se crea con más poder, podrá disolver el mismo Poder Ejecutivo Nacional por irregularidades de alguno o algunos de sus miembros.

[Castillo:] – Ello es inverosímil (…)[1]

En poco más de seis meses la revolución militar del 4 de junio de 1943 disolvía los poderes Ejecutivo y Legislativo en sus tres niveles, al tiempo que ponía en disponibilidad a jueces federales y demás magistrados judiciales. Con todo ello también se derrumbarían las fuerzas políticas conservadoras que habían regido por algo más de una década los destinos políticos de la provincia de Buenos Aires.”[2]

___

[1] Enrique Dickmann, Recuerdos de un militante socialista, Buenos Aires, Claridad, 1949, p. 322.

[2] Extractado del libro de ANTUNEZ HARBOURE, Damián, Entre la fuerza de la razón y la razón de la fuerza. Clientelismos, elecciones y prácticas políticas en la provincia de Buenos Aires, 1938-1943,  Valladolid (España), Gráficas Santa María, 2011.

Nota: La foto ha sido extraída de la página Web www.villamanuelita.org
Publicado en Argentina Contemporánea, Inicio | Etiquetado , , , , , , , | Deja un comentario

Mayos argentinos

MAYOS ARGENTINOS

 Damián Antúnez Harboure

El Cabildo

Fotografía de Lorena Rojas Ávalos, Buenos Aires, Sept. 2010.

Nace la patria. En la templada cuenca del Plata, el sol del 25 sigue asomando… como si una temprana vocación primaveral le opusiera resistencia al otoño. Por su parte, el Mayo europeo sigue detentando la marca registrada de “primavera de los pueblos” de la historia contemporánea.

Las últimas jornadas de la Comuna en el París de 1871 y, casi un siglo después, el “Mayo Francés” de 1968 son actualmente testimonios redivivos de aquellas primaveras. Una estela que por cierto, si se quiere,  alcanza a la Argentina desde su nacimiento mismo. La patria naciente del 25 de mayo de 1810 refiere a su modo a una revolución dispuesta a demoler un “antiguo régimen” y que, como todo hecho revolucionario, representa una historia con final abierto, un camino que se hace al andar.

Y un andar de más de medio siglo fue necesario para unificar el país en un Estado que le diera cuerpo a la patria. Revolución y guerra fueron los términos que como ningún otro ilustraron nuestras primeras andaduras. Pronto vendrían los esfuerzos y sacrificios, muy a menudo inequitativos, para construir la “república posible”. A ésta le siguió una efímera “república verdadera”. Su muerte puso más temprano que tarde en evidencia las limitaciones de un modelo de país que no estaba preparado para albergar a un naciente proletariado industrial con todas las consecuencias que, en términos de “subversión social”, esto suponía. Entonces, el naciente movimiento peronista tomaba el relevo.

Para el historiador Felix Luna “la Argentina era una fiesta”. Aún siendo así en muchos aspectos, esto es sólo una estampa de cierta eficacia publicitaria pero reduccionista al extremo para poder evocar lo que produjo la revolución justicialista. Las propias tribulaciones de quienes gobernaron el país tras el golpe de Estado de 1955 son un testimonio fiel del cambio radical que había operado la Argentina entre 1945 y 1955. Además, el callejón sin salida de la proscripción y el silenciamiento al peronismo nos habla de una revolución que, aún inconclusa, no admitía una vuelta al pasado.

Lo cierto es que siempre nos quedará mayo. Un mayo que, en Europa, volvía a manifestarse en aquél París de 1968 para replicar sin cesar un poco por todos lados. Desde una Alemania cuasi tutelada por la Alianza Atlántica, a una España franquista con algún que otro brote verde, a los movimientos contestatarios de poderosas universidades de Estados Unidos (UCLA, California) y cruzando el río Bravo a la masacre de Tlatelolco…

En Argentina, aquél signo de los tiempos tuvo una impronta idiosincrática en el Cordobazo de mayo de 1969. El anacrónico régimen militar del Gral. Onganía dejaba al desnudo ese vacío de legitimidad que lo había acompañado desde su ascenso al poder tres años atrás. Entonces Mayo volvía a significar un revulsivo social en su sentido más descarnado: malestar social, contestación y revuelta popular. Estos fueron los signos mismos del agotamiento del statu-quo post 1955.

En cualquier caso, la salida del túnel no sería sencilla y menos aún indolora; pero peor aún, desgraciadamente se mostraría efímera. Ya veríamos cómo aquel radiante sol del 25 de mayo de 1973 con su despertar democrático, que no dejaba de proclamarse primavera, muy pronto se revelaría otoño.

No hizo falta esperar demasiado; no hizo falta que los militares derrocaran a la presidente Isabel Perón el 24 de marzo de 1976. Al transitar la frontera del verano de 1973/74 las dudas ya estaban prácticamente disipadas.

Y una vez más apareció Mayo, aunque se trataba ahora de un Mayo otoñal que presagiaba el invierno. Aquel mítico primero de mayo de 1974 el presidente Perón no lograba contener su bronca, su desazón en aquella histórica plaza, emblema de mancomunión entre pueblo y líder. Casi como una formalidad, Montoneros se retiraba de la Plaza. Ahora bien, la verdadera retirada se había producido mucho antes; aquello era sólo la confesión pública de un tránsito irrefrenable hacia el abismo.

En resumen, en ese tránsito acelerado Mayo volvía a replicar en nuestras vidas aunque en esta oportunidad vestido de tragedia. Vidas sacrificadas, vidas mutiladas, ira, destrucción y muerte. Un cóctel demoledor para una sociedad argentina ya muy golpeada por la división y los enfrentamientos estériles.

En ese mismo mayo de 1974, a diez días del episodio de la Plaza, era acribillado a balazos, a la salida de una misa en la parroquia de San Francisco Solano del barrio porteño de Mataderos, el padre Carlos Mugica, ícono de los curas del Tercer Mundo en Argentina. Se trataba del cura de los pobres, defensor de la causa de los villeros de Retiro y ex consejero espiritual de líderes montoneros como Fernando Abal Medina, Carlos Gustavo Ramus (ya por entonces fallecidos) o Mario Eduardo Firmenich. Como nadie reivindicó el atentado las acusaciones fueron desde la organización paramilitar Triple A hasta Montoneros.

Las dudas sobre el asesinato del padre Mugica persisten hasta hoy, ya que el crimen jamás fue esclarecido. De todos modos, y sin soslayar la importancia de hacer justicia con quienes se enarbolan en dueños de la vida y la muerte de sus contemporáneos, debemos subrayar que aquellas dudas sobre la autoría del asesinato no hacen sino revelarnos el papel que ya por entonces jugaba la violencia como medio de resolución del conflicto social y político de la Argentina.

Una vez más observamos cómo aquella violencia que subyace al conflicto intraperonista ortodoxia-heterodoxia y que lo trasciende constituye el campo que Pierre Bourdieu define como doxa; aquello que por estar tan instituido en las propias entrañas de una comunidad, ya no parece relevante para ser discutido, problematizado. En este oscuro campo de la doxa el mayo del ’74 se iba apagando y con él cualquier posibilidad de convivencia pacífica entre los argentinos.

Publicado en Argentina Contemporánea, Inicio | Etiquetado , , , , , , , | Deja un comentario

25/4/1974: Grândola, Vila Morena

Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti, ó cidade
Dentro de ti, ó cidade
O povo é quem mais ordena
Terra da fraternidade
Grândola, vila morena
 
Em cada esquina um amigo
Em cada rosto igualdade
Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
Terra da fraternidade
Grândola, vila morena
Em cada rosto igualdade
O povo é quem mais ordena
 
À sombra duma azinheira
Que já não sabia a idade
Jurei ter por companheira
Grândola a tua vontade
Grândola a tua vontade
Jurei ter por companheira
À sombra duma azinheira
Que já não sabia a idade
Grândola, villa morena
Tierra de fraternidad
El pueblo es quien más ordena
Dentro de ti, oh ciudad
Dentro de ti, oh ciudad
El pueblo es quien más ordena
Tierra de fraternidad
Grândola, villa morena
 
En cada esquina, un amigo
En cada rostro, igualdad
Grândola, villa morena
Tierra de fraternidad
Tierra de fraternidad
Grândola villa morena
En cada rostro, igualdad
El pueblo es quien más ordena
 
A la sombra de una encina
De la que ya no sabía su edad
Juré tener por compañera
Grândola, tu voluntad
Grândola, tu voluntad
Juré tener por compañera
A la sombra de una encina
De la que ya no sabía su edad

Nota: La canción Grândola, Vila Morena fue compuesta por el cantautor portugués José “Zeca” Afonso en el año 1964 como homenaje a la Sociedad Musical Fraternidad Operaria Grandolense de la ciudad portuguesa de Grândola, ubicada en la región del Alentejo. Diez años después, esta canción, que hacía referencia a la fraternidad entre las personas de Grândola, se convertirá en ícono del movimiento revolucionario que derrocará a la dictadura de Salazar-Caetano ya que fue la melodía elegida por el Movimiento de la Fuerzas Armadas (MFA) para ser la segunda y definitiva señal de lo que luego pasó a denominarse la Revolução dos Cravos. Así, en la madrugada del 25 de abril de 1974 esta canción fue retransmitida en el programa Limite de Rádio Renascença, emisora católica portuguesa, como señal para la confirmación del inicio de la revolución.
Publicado en Inicio, La imagen en la historia | Etiquetado , , , , , , , | Deja un comentario